Rencontre littéraire avec Coline Pierré et Martin Page

Ce mardi 7 mars l’ambiance était  chaleureuse à Lecture gourmande au Pouliguen autour de Coline Pierré et Martin Page. La bonne humeur, la joie de vivre et l’esprit de liberté nécessaire à la création imprégnaient les lieux.

Questionnés par Eric Pessan, Coline et Martin nous ont fait découvrir la passion qui les anime. Ce sont au départ des écrivains publiés par des grandes maisons d’édition mais qui n’aiment pas se laisser enfermer dans un genre. Ils écrivent des livres pour enfants, pour la jeunesse et des romans, des nouvelles, des essais …pour adultes.

Martin Page publie son premier roman en 2001, Comment je suis devenu stupide puis La Libellule de ses huit ans et On s’habitue aux fins du monde aux éditions Dilettante. Il aime écrire des pages qui vont à contre courant des goûts ou des idées comme   De la pluie aux éditions Ramsay par exemple publié en 2007 et réédité en 2016. Il aime associer ses textes à des dessins par exemple  La Mauvaise habitude d’être soi (avec Quentin Faucompré) et n’hésite pas à créer ses propres dessins bien qu’il avoue ne pas savoir vraiment dessiner ! « Les dessins permettent d’ajouter un peu de légèreté ». Il écrit également pour la jeunesse (Conversation avec un gâteau au chocolat-avec Aude Picault, Je suis un tremblement de terre, La bataille contre mon lit-avec Sandrine Bonini…). Il a publié une bande dessinée avec Clément C. Fabre aux dessins : Le banc de touche (éditions Warum/Vraoum). Enfin,  sous le nom de Pit Agarmen (anagramme de Martin Page) il publie  des romans de genre, plus  violents que les romans habituels  . Il y exprime angoisses et pensées personnelles. En 2012, un premier roman sous cette identité sort : La nuit a dévoré le monde, aux éditions Robert Laffont (sélection Prix de Flore).

 

Coline Pierré a publié son premier roman (pour enfants) en 2013…. Ma fugue chez moi et l’immeuble qui avait le vertige (éditions du Rouergue jeunesse), Petite encyclopédie des introvertis (Monstrograph), Apprendre à ronronner (Ecole des loisirs)…. Elle aime aussi ne pas être enfermée dans un genre littéraire précis. Elle aime les expériences variées. Elle écrit des histoires pour les enfants et pour les adultes, elle écrit des chansons, elle créée des lectures musicales ou dessinées avec d’autres artistes, elle dessine des petits livres qu’elle édite elle-même, elle chante…. Avec Martin elle publie La folle journée de Flora et Max (école des loisirs)….

En 2015, Coline et Martin créent un atelier (et vente en ligne) de sérigraphie et de livres faits maison  monstrograph.com C’est une sorte de laboratoire où ils vont pouvoir librement créer. Là ils peuvent mieux tout contrôler : les textes hors norme, la conception, la présentation, l’imprimeur, la distribution…. C’est aussi une manière de devenir propriétaire des moyens de production ! Ils publient par exemple n’essayez pas de changer, le monde restera toujours votre ennemi (Monstrograph).

Eric Pessan les invite à préciser l’influence de ce « laboratoire » sur  l’écriture. Coline pense que « ce n’est pas conscient mais qu’ils mettent dans ces livres expérimentaux des thématiques qui leur tiennent à cœur et qui vont nourrir les personnages des différents romans ». Martin compare leur expérience à celle des agriculteurs qui feraient de la polyculture. « Cette variété de productions est riche pour la création littéraire (comme la polyculture permet de ne pas épuiser les sols) et cela permet de diversifier les risques. Si un genre ne marche pas très bien ils peuvent se rattraper sur un autre »…

Coline et Martin ne manquent pas d’idées, de projets : écriture de livres à quatre mains (essai sur la parentalité) et projets personnels. Coline termine « une éloge des femmes heureuses » et Martin vient de publier un roman pour adolescents « les animaux ne sont pas comestibles ».

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.