Salon Nau Belles Rencontres 2017

Le salon Nau Belles Rencontres 2017 a tenu ses promesses en nous offrant beaucoup de belles, de très belles rencontres !
Cette année encore la fréquentation du salon Nau Belles Rencontres était en hausse et ce dès le vendredi. La joie était communicative et a permis de vrais échanges entre les éditeurs, les écrivains, les illustrateurs, les libraires et les lecteurs ou les visiteurs curieux.

 
Les ateliers qui se sont déroulés dans les écoles ou sur le salon ont permis aux illustrateurs de faire partager leur passion, leur métier avec les enfants. Ces ateliers ont été animés par – Fanny Fage « Expressions animales » Ed La poule qui pond – Emmanuelle Houssais « Sous mes pieds » Ed du Ricochet – Anne-Hélène Dubray « les Farceurs » Ed L’agrume – Catherine Tamain « L’ogre, Margotte et la galette » Ed Âne bâté.

Les lycéens ont pu continuer leur travail de lecture de manuscrit avec d’éditeur Benoit Virot Ed Le nouvel Attila. Le manuscrit sur lequel ils avaient travaillé au début de l’ année scolaire Marx et la poupée de Maryam Madjidi a d’ailleurs obtenu le prix Goncourt du premier roman.

Cette année plusieurs lectures publiques nous ont fait vivre de purs moments de bonheur. Dès le vendredi soir la lecture d’Amandine Dhée d’extraits de son livre « La femme brouillon«  aux éditions la contre allée accompagnée à la contrebasse par Ronan Courty nous permettait de retrouver le regard précis, amusé parfois décapant sur sa maternité.

Le samedi Gérard Lambert, accompagné à la guitare par Bernard Plot, a lu « Un jour le monde sera réparé » de Moris Farhi éd. Bleu autour. Cette nouvelle a obtenu le prix de la Nouvelle salée 2017.

Jacques Josse a lu des extraits de sa nouvelle « L’ultime parade de Bohumil Hrabal«  éd. la contre allée et les échanges qui ont suivi, dirigés par Eric Pessan, nous ont permis de mieux comprendre son intérêt pour cet  auteur tchèque et le livre qui l’a particulièrement marqué « Une trop bruyante solitude« .

La lecture bilingue et croisée du recueil « Hublots » de John Taylor éd L’œil ébloui  par le poète lui-même John Taylor et Thierry Bodin Hullin nous a fait entendre la musique des mots dans deux langues différentes. Là encore les échanges avec Eric Pessan nous ont permis de comprendre comment les dessins de hublots de l’artiste Caroline François-Rubino avaient suscité des émotions et conduit à l’écriture de poèmes. Les lectures d‘Anne Kawala, sa présence, son imagination, sa vitalité nous ont permis de mieux comprendre et d’apprécier l’originalité de son écriture lorsqu’elle a partagé des extraits de son texte « Déficit indispensable » aux éd. Al Dante ou des extraits de « Au cœur de l’écrin je trouve ce que je cherche » éd. Lanskine.  Enfin Grégory Cingal a lu des extraits de « Ma nuit entre tes cils » éd. Finitude qui a obtenu le prix Grain de sel 2017.

 

Trois expositions d’originaux ont permis d’apprécier le travail des artistes.

– Les dessins noirs du roman illustré les Zarnaks de Julian Clary et David Roberts éd. ABC melody…..

– Les illustrations en couleurs de l’album « Sous mes pieds » d’Emmanuelle Houssais éd. du Ricochet

– Les aquarelles de Caroline François-Rubino accompagnant les poèmes de l’écrivain américain John Taylor « Hublots » éd. L’œil ébloui

Ce salon Nau Belles Rencontres a été aussi l’occasion pour Yves Le Leuch (Président du Sel des mots) et Frédérique Manin (médiatrice du livre) de remettre les différents prix littéraires en présence de Monsieur Y. Lainé maire du Pouliguen :

  • Prix Grain de sel, roman pour adultes, « Une bouche sans personne » de Gilles Marchand éd. les Forges de Vulcain
  • Prix de la Nouvelle salée « Un jour le monde sera réparé » de Moris Farhi éd Bleu autour
  • Prix Fleur de sel, livre jeunesse, « Moi Ernest » de Laurent Souillé illustré par Paul Mager éd. Des ronds dans l’O
  • Prix Petit grain de sel « Alors ça mord ? »  de l’auteur illustrateur   Jean Gourounas éd. Poisson soluble
  • Prix spécial Les enfants mettent leur grain de sel « Les farceurs » d’Anne-Hélène Dubray éd. L’agrume   

De doux moments de convivialité qui se sont achevés dans les cafés du Pouliguen : Lecture Gourmande et Le Mondès où traditionnellement des lectures publiques enchantent et amusent pour le bonheur de tous. Ce fût l’occasion pour Yves Le Leuc’h de faire une petite lecture en forme de clin d’œil aux élections présidentielles en cours et aux éditeurs présents.

« Si je suis Président, je vous promets du Beurre Salé avec Du Bleu autour. Vous ferez des Rêves Bleus et par Ricochet, d’un Monde à l’autre vos Kilowatt(s) seront gratuits ainsi que le Chemin de fer. Un Sonneur préviendra que la Poule (qui) pond et…. un Nouvel Attilal’œil ébloui comme un Poisson soluble ou un âne bâté dira que la ville brûle !… Mais que mon talent (Delphine Montalant)  est Utopique… N’est-ce pas Lanskine ? »

Quelques photos des nombreux participants…

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.