Soirée de vote : Prix Grain de Sel et Prix de la Nouvelle salée 2018

Ce mardi 16 janvier les adhérents du Sel des mots étaient réunis à la mairie du Pouliguen pour décerner le prix Grain de Sel et le prix de la Nouvelle Salée . Le choix était difficile. Beaucoup de romans de la sélection étaient très appréciés…mais il fallait faire un choix !

Le prix Grain de Sel a été attribué à Thomas Vinau pour son roman le camp des autres aux éditions Alma (18.6% des votes)

Le prix de la Nouvelle salée a été attribué à Azad Ziya Eren pour Instituteur de campagne en Anatolie éditions Bleu autour (22% des votes)

Le camp des autres de Thomas Vinau

Nous avions déjà eu le plaisir de découvrir l’écriture de Thomas Vinau puisqu’un de ces  romans La part des nuages faisait partie d’une  sélection précédente  du prix Grain de Sel.

Thomas Vinau est né en 1978 à Toulouse. Il a beaucoup écrit et publié chez différents éditeurs tels le Castor Astral, le Réalgar, la Fosse aux Ours…mais c’est un fidèle des éditions Alma : Ici ça va en 2012, Juste sous la pluie en 2014, La part des nuages 2014, Nos cheveux blanchiront avec nos yeux 2015 et Le camp des autres en 2017.

C’est l’aventure de Gaspard, enfant maltraité, qui s’enfuit dans la forêt avec son chien. Il affronte la peur, le froid, la faim et rencontre un marginal un peu étrange Jean-le Blanc. Il hésite, ne sait s’il doit lui faire confiance mais par son intermédiaire il va découvrir le fonctionnement de cette société de marginaux, les codes, les aventures de chacun…Progressivement il sera accueilli par cette « nouvelle famille ».

Thomas Vinau nous invite à la découverte de la richesse de chaque être sous des abords différents, repoussants, très inquiétants parfois. Cette aventure s’inspire d’un fait historique du début du XX ième siècle. « La caravane à pépère » semait la terreur dans les campagnes et Georges Clemenceau lança les Brigades du Tigre pour mettre fin à leurs exactions. En fait leurs méfaits étaient limités mais leur apparence terrorisait la population.

Nous avons particulièrement été sensibles à l’écriture de Thomas Vinau à ses descriptions de la forêt, des petits détails qui enchantent le regard de ceux qui ne possèdent plus rien et qui savent observer. Le style est enlevé, précis, poétique…les pages 47 à 54 par exemple sont un pur régal.

Il semble que la nécessité de partir, le vagabondage soit pour Thomas Vinau un passage nécessaire pour se retrouver. Nos cheveux blanchiront avec nos yeux retrace l’aventure d’un jeune homme qui quitte sa femme qu’il aime pour un vagabondage, un cheminement qui le ramène à l’essentiel. Thomas Vinau nous propose dans ces romans ce cheminement pour nous attacher à l’essentiel : dépasser les apparences et purifier notre regard sur les hommes, les bêtes et la nature.

Instituteur de campagne en Anatolie de Azad Ziya Eren

C’est un récit autobiographique de son aventure de jeune instituteur en Anatolie. Azad Ziya Eren est né en 1976 à Diyarbakir dans une famille kurde et arménienne. A la fin de ses études il est nommé à Sakirköy dans sa région d’origine. Il aime son métier et la poésie.

 

 

 

 

 

 

 

En 1999 Azad Ziya Eren sera arrêté et torturé.

Ce récit plein de lucidité nous montre les joies et les difficultés qu’il rencontre. Son désir de faire progresser ses élèves dans le dénuement le plus total et parfois aussi l’incompréhension même des parents. C’est dans un monde archaïque et désuni qu’il se bat pour essayer de sortir certains enfants de l’illettrisme et de l’épuisement physique.

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.