Retour sur le salon Nau Belles Rencontres 2018

 

 

 

 

 

Cette année dix sept éditeurs, deux librairies et la bibliothèque du Pouliguen avaient un stand sur le salon Nau Belles Rencontres.

Des expositions d’originaux de Laurence Poitou La Forêt de Phénoméno, aux éditions L.C.

 

 

un concours de photographies « votre regard sur le livre » et les travaux des enfants à partir des livres de la sélections enrichissaient le décor du salon.

 

 

Et voici la photo gagnante !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Travaux à partir du livre de Sandra Le Guen et Coralie Saudo « le nid » édition les Minots

 

  

 

 

 

 

Travaux à partir du livre d’Iwona Chmielewska « Dans ma poche » aux éditions Format

 

 

 

 

 

 

Le vendredi était réservé aux scolaires. Après un temps d’atelier ils découvraient le salon.

 

Le samedi à 11h30 avait lieu l’inauguration et la remise des prix. Lors de l’inauguration Yves Le Leuch président du Sel des Mots a rappelé l’importance des livres et le rôle de l’association pour rapprocher le livre et les lecteurs quel que soit l’age.

« Toute l’année, le  «  SEL DES MOTS » fait en sorte de mettre les livres et les lecteurs face à face :

  • Ici « NAU BELLES RENCONTRES »
  • « NAU PLAGE » en Juillet et Août
  • « PARTIR EN LIVRES »
  • Les interventions dans les différentes institutions : écoles, collèges, lycées, maisons de retraite…

Quand vous ouvrez un livre, vous n’avez pas besoin d’identifiant, vous ne cochez pas les conditions générales d’utilisation, aucun algorithme ne peut suivre vos lectures, ni vos habitudes de lecture, ni en extraire les données personnelles et les revendre à un tiers. Aucun logiciel ne peut suivre vos réactions, savoir à qui vous offrez ou prêtez  ce livre, aucune application ne peut vous interrompre et envoyer des messages publicitaires. Plus que-jamais lire un livre est une liberté »

 

Lauréats des  PRIX remis au Salon Nau Belles Rencontres 2018  
Prix GRAIN DE SEL : Roman pour adultes

Thomas VINAU Le camp des autres  éditions Alma en son absence le prix est remis au second

Guillemette Resplandy-Taï  L’Exil, chérie éditions Delphine Montalant

Prix de la NOUVELLE SALEE : Nouvelles ou textes courts adultes

Azad Ziya EREN Instituteur de campagne en Anatolie éditions Bleu autour

Prix FLEUR DE SEL : Livres et Albums jeunesse

Indgrid CHABERT et Joël ALESSANDRA Kadogo éditions des Ronds dans l’O  en leur absence le prix est remis au second   Richard PETITSIGNE Le Fennec le plus menteur du monde éditions L’atelier du poisson soluble

Prix PETIT GRAIN DE SEL : albums enfants

Lisa BLUMEN-LECOQ Gros Ours  éditions Kilowatt

Coup de cœur : LES ENFANTS mettent leur GRAIN DE SEL                                                                                                                                                                                                        

Sandra Le Guen et Coralie Saudo le nid éditions Les Minots

Prix exceptionnel du Sel des Mots :

Cette année un livre était ajouté à la sélection du Prix Grain de Sel mais hors concours car les lycéens avaient travaillé en amont sur le manuscrit de Marx et la poupée de Maryam MADJIDI qui a obtenu de nombreux prix dont le prix Goncourt du premier roman en 2017. Maryam étant souffrante c’est son éditeur qui reçoit ce prix  Benoît VIROT éditions le Nouvel Attila

Nous avons partagé des moments d’échanges intéressants lors des différentes tables rondes.
– Avec Guillemette Resplandy-Taï à propos de son livre L’Exil, chérie aux éditions Delphine Montalant, nous avons fait un voyage dans le temps dans la commune de Couëron avec le regard précis de deux spécialistes  :  Yannick Guin (professeur de droit et des faits sociaux) et Carole Grelaud (maire de Couëron). Mais si certains aspects de la société étaient propres au début du XXième siècle l’essentiel des sujets abordés sont d’une criante actualité : racisme, peur de la différence, mépris, violences faites aux femmes…                                                                                                                                                                                                                                                                                               -Avec Azad Ziya Eren et son fils pour interprète, Jacques Charcosset nous a fait partager le cheminement d’Azad qui l’a conduit à écrire Instituteur de campagne en Anatolie éditions Bleu autour, ses passions et sa puissance créatrice : poésie, peinture, romans…

– Avec Ludovic Ninet La fille du van aux éditions Serge Safran nous avons pu revivre au fil des échanges l’intensité des situations et des personnages « blessés de la vie », marqués par la violence des guerres et confrontés à une difficulté de réinsertion que seul l’amour parvient à atténuer ponctuellement.
-Avec Isabelle Flaten Bavards comme un fjord et son éditeur Daniel Damart – Le Réalgar nous avons partagé le silence des fjords et les difficultés de communication.

 

 

 

– Avec trois maisons d’éditions invitées pour la première fois sur le salon : Stéphane Batigne, Sixto et Langlois Cécile nous avons apprécié des productions variées, complémentaires et riches d’expériences différentes.
– Enfin avec trois éditeurs jeunesse Utopique, Eliza et Tertium nous avons commencé des échanges sur la façon d’aborder des problèmes de société parfois graves avec les enfants. Un livre bien fait peut aider les enfants à comprendre, à accepter les différences, à dépasser des traumatismes…

Échanges trop courts mais qui donnent à réfléchir, nous ouvrent des pistes de réflexion et font grandir une envie d’inventer d’autres occasions d’échange.

Des lectures ont également ponctuées ce salon. Dimitri Régnier et Pierre-Alain Thibault du Collectif sans shérif ont fait des lectures en musique.

Auteurs, éditeurs et bénévoles ont également animé les soirées par des lectures qui ont permis de faire de belles découvertes parfois touchantes, amusantes… mais toujours intéressantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsqu’un salon s’achève les sentiments qui nous envahissent sont mélangés. A la fatigue s’ajoute la joie d’un intense moment de partage mais aussi…. le regret que ce soit déjà achevé … et qu’il faudra attendre encore une année pour vivre de nouveau ces rencontres riches et chaleureuses !

 

 

 

 

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.