Soirée d’échanges de la vie littéraire avec Jacques Josse

Douce soirée d’échanges de la vie littéraire à la bibliothèque qui nous accueillait pour la première fois dans ses locaux chaleureux décorés par les enfants à l’approche de Noël.

Jacques Josse est l’auteur de plus de 40 ouvrages publiés chez des éditeurs indépendants : Quidam, la Contre-Allée, Le Réalgar, Apogée….

Il a créé et dirigé une revue Foldaan entre 1980 et 1987 et une maison d’édition Wigwam en 1991, il a dirigé une collection chez Apogée « Piqué d’étoiles », il a dirigé la Maison de la poésie de Rennes…

Il est sélectionné pour la troisième fois pour les prix du Sel des Mots :

– En 2011-2012  pour le prix Grain de Sel avec Cloués au port aux éditions Quidam

– En 2016-2017 pour le prix de la Nouvelle Salée avec l’Ultime parade de Bohumil Hrabal aux éditions La Contre Allée

– En 2018-2019 pour le prix de la Nouvelle Salée avec Comptoir des ombres aux éditions Les Hauts-Fonds

Ses récits ciselés débordent d’humanité et sont particulièrement enracinés dans cette Bretagne qu’il a peu quitté, entouré de gens simples mais qui faisaient le quotidien de ses rencontres.

Originaire de la région de Plouha au nord de Saint Brieuc il décrit magnifiquement cette terre, la rivière où il passait ses journées de liberté, et la mer qui le reliait à ses ancêtres et le faisait rêver. Le port de Gwin-Zegal, les cafés, lieux de convivialité qui hélas ferment les uns après les autres, Lorient…seront les lieux de l’expression de sa mémoire.

En effet, dans ses « Comptoirs » qui rappellent ceux de la compagnie des Indes et suscitent le rêve, Jacques Josse retrouve les « ombres » de tous les disparus chers à son cœur. Avec douceur et poésie il saisit en quelques traits le souvenir de tous ces « cabossés de la vie », ces anonymes qui tanguaient à la sortie des bars, parlaient aux morts  qu’ils ont rejoint à présent, croisaient son grand père capitaine bavard ou son père plus taiseux.

« Ombres » aussi de ses amis poètes, écrivains qui l’ont accompagné….comme les photos de Michel Thamin qui prolongent ses textes. Alain Jégoux, marin-poète, Alain Malherbe, postier-poète, Yves Martin, marcheur-poète….les écrivains de la Beat Génération: Kérouac, Ginsberg, Burrought,…. les écrivains étrangers Bohumul Hrabal,… tous aujourd’hui disparus.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, il y a un peu de mélancolie mais pas de tristesse dans ses écrits. C’est de la vie, de sa terre bretonne, de la mer, des discussions enflammées, des verres de bière partagés, d’amitié, de découvertes littéraires, de son infini respect pour tous les hommes à qui il redonne une identité et des éclats de beauté,…. que « Comptoir des ombres » est fait.

On peut retrouver sous sa plume le postulat de Thomas Laqueur (Le travail des morts) « Les corps morts sont plus puissants que les vivants et permettent de comprendre les sociétés. »

Jacques Josse brasse le temps, les vies et bouscule la distinction entre les vivants et les morts.

« Je leur dirai que le lien qui relie les hommes jadis vêtus de peaux de bêtes à ceux qui arborent désormais des costumes trois-pièces est tressé dans une seule et même corde » (Cloués au port).

Dans ce sens Jacques Josse est un passeur qui évoque avec infiniment de délicatesse « ces arpenteurs de solitude qui se sont, un jour ou l’autre, absentés du monde pour ne plus jamais y revenir ».

Merci à Patricia pour son accueil et sa sollicitude.

La prochaine rencontre littéraire aura lieu le 15 janvier et nous permettra d’échanger avec Eloïse Averty à propos de son livre « Idiote, je t’aime » aux éditions Ella.

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.