Première rencontre littéraire avec Emmanuelle Rabu le 14 octobre 2020


Le recueil d’Emmanuelle Rabu 1492- Amphores poétiques Editions Jacques Flament est sorti en février, juste avant le confinement. « J’ai eu la sensation qu’à peine né, il était déjà mort. » C’est donc avec une émotion certaine qu’elle abordait cette première rencontre littéraire. Toutefois elle a su captiver l’auditoire en partageant son amour de la poésie et des calligrammes.

Emmanuelle Rabu écrit, peint, photographie… Sa sensibilité est multiforme. Son œil sait observer le monde qui l’entoure et son écriture restitue à merveille ses émois.
Après un bref historique rappelant l’origine du mot « calligramme » créé par Apollinaire en contractant « calligraphie » et « idéogramme ». Son recueil « Calligrammes » parait en 1918 mais les premiers poèmes-dessins seraient dû à Simmias de Rhodes, poète grec du IV siècle av. J.C.

Rabelais, André Breton, Plantu, des journaux satiriques comme Charivari… ont employé cette forme particulière pour adresser des messages.

Le calligramme suppose une lecture « active », car le lecteur doit chercher le sens et la direction des phrases, chose qui paraît évidente dans un texte classique.
La lecture de certains de ses calligrammes propose un jeu de directions possibles quand le poème cherche à peindre, dans une forme très courte, plusieurs strates de ressentis. Certains se voient de suite et se lisent facilement, d’autres sont plus conceptuels.

1492 est une invitation au voyage. Le 3 août 1492, Christophe Colomb quitte le port de Palos de la Frontera, en Andalousie, avec 3 navires : La Pinta, La Nina et La Santa Maria.
Emmanuelle a réuni 81 poèmes, en 9 chapitres de 9 poèmes. Des multiples de 3. C’est un chiffre fétiche, sa règle de trois.

Chaque poème est une amphore qui renferme un trésor. Comme dans une mise en abyme, il faut découvrir l’histoire cachée dans l’histoire… Ce peut être un récit historique, imaginaire ou symbolique. Pour Emmanuelle la poésie est alchimie, elle a un pouvoir de transcendance.

Une magnifique soirée où le plaisir des mots, des mots justes, bien ciselés nous a permis d’apprécier une artiste complète qui sait transmettre sa passion.

Merci à la galerie du Rex qui nous a accueillis dans un décor paisible, propice à la réflexion


Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.